Pierre Bancharel (1937-2018) Le bonheur du temps

24 mars 2022

5 mai 2022

11:00 To 18:00

5 Rue Stanislas, 75006 Paris, France

http://www.galerielesmontparnos.com/

0633389525

Exposition(s) Description

Dans ce Paris de l’après Seconde Guerre mondiale, celui des années 1950/60, on pouvait sentir ce parfum des légendes d’un autrefois pas si lointain. La mémoire encore chaude témoignait des heures de l’aventure. A Montparnasse, les esprits veillaient sur les bancs de l’Académie de la Grande Chaumière ou accoudés au zinc des cafés du Dôme, de la Coupole, de la Rotonde ou du Sélect. L’atmosphère embuée d’alors y demeurait, s’accrochant comme peut, avant d’avoir à se dissiper complètement dans la poussière de chantiers de grandes tours. Un monde s’éveillait ouvrant un œil sur la ville aux règles nouvelles. Ce qui était n’est plus, inutile d’être nostalgique. Au fur et à mesure, les peintres furent chassés en douceur. Implacable, cette époque artistique autre proclamait le règne de l’abstraction, de l’idée et du coûte-que-coûte du moi seul. Sans visage. Peu à peu, sans que l’on s’en rende compte alors, s’imposa un diktat, celui du « in », condamnant celui qui ne s’y pliait au statut de « has been ». Dans un embouteillage d’actualités et de modes défilantes, la peinture devenue orpheline, était mise au ban. La représentation de la figure humaine, considérée comme hors sujet, n’avait plus à faire partie du propos. Au point qu’imperceptiblement, c’est la peinture elle-même qui fut invitée à quitter le domaine des arts, et tout un petit monde finit par dire d’elle sur un air d’ « enfin ! » : « elle est morte, elle est morte ! ».
Pierre Bancharel s’est retrouvé dans ce Paris du vacarme qui n’était plus celui de la peinture. Il cherchait à retrouver le parfum de cet avant qui s’évanouissait, à en entendre l’écho. Sans doute fut-il surpris. Lui qui venait des coteaux au pied des Pyrénées s’était présenté naturellement au pied de Montparnasse, la montagne des poètes. « Alpinisme pour alpinisme » disait Guillaume Apollinaire. Il y passe alors ses jeunes années de formation entre les Beaux-Arts, la Grande Chaumière et surtout ses visites au Louvre. Le jeune peintre comprend là rapidement que comme d’autres il n’est plus le bienvenu dans cette capitale qui a laissé New-York lui ravir le titre de centre mondial de l’expression. Aussi rentre-t-il fréquemment chez lui pour retrouver ses montagnes et Pau la ville de sa naissance. Dans ses bagages, il rapporte la découverte des œuvres de Courbet, Rembrandt, Chardin ou Soutine…

Chez lui, il installe un atelier, son lieu, refuge au plus près des hauteurs de l’enfance. Ici, dans son élément, Pierre Bancharel se retrouve face à un temps aux heures intemporelles dont il va faire sa matière. Le voici à saisir l’épaisseur du silence et heureux de voir s’écouler chaque heure de ce face à face. Le son de l’horloge pose tel ou tel ton de rouge ou de bleu sur la toile. Le peintre est là, devant cette surface où sans fin se reflète la création du monde.
C’est une vie toute de continuité, sans biographie, ni date, ni période marquante, telle un cours d’eau vive sculptant lentement chaque obstacle en arronde de temps. Sur la toile, les nus s’étendent, sensuels, un chat observe nonchalamment, les enfants font une sieste. Dans cette nature morte, chaque objet vit, chaque ustensile est à sa place, bien ordonnée, le réveil posé sur le chevet marque 7 heures. À voir le cadran, c’est le temps qu’on entend. Au dehors la nature ébouriffée nous enivre de ses joies et nous affame de ses possibles. De ses aller-retours à Paris, sans quitter trop longtemps la ville des yeux, des gris et des ocres nous klaxonnent une autre réalité. Est-elle si réelle ?

Pierre Bancharel a mis le monde de côté pour mieux le peindre. « J’étais à la fois dedans et dehors » écrivait Francis Scott Fitzgerald.
La peinture a décidé pour lui. Il sera grâce à elle. Ici nulle ambition de carrière ni volonté de succès mais autre chose, celle de consacrer sa vie à incarner les couleurs.
La Galerie Les Montparnos est heureuse de vous inviter à découvrir le peintre Pierre Bancharel (1937-2018).

Exposition du 24 mars au 5 mai 2022.
Vernissage le jeudi 24 mars à partir de 18h.

Organisateur

Description de l'exposition

Lundi,Mardi,Mercredi,Jeudi,Vendredi,Samedi

Contact

mathyeulebal@hotmail.fr

Reviews are disabled, but trackbacks and pingbacks are open.

Expos similaires

Petites-Rames 22, 1700 Fribourg, Suisse

17 février 2022 au 7 mai 2022

Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi, Dimanche

FR–La réforme de Pooky est une exposition joyeusement chaotique d’images.Lire plus

4 Rue des Rouziers, 17430 Saint-Hippolyte, France

28 août 2020 au 29 août 2020

12 h 00 min au 16 h 00 min

Samedi, Dimanche

Expressions Libres est un week-end artistique ouvert à tous : une exposition de Benoit Hapiot, Xavier Jallais, An.So et Narvalo Connection, mais aussi de la musique, des performances, du cirque théatralisé, des rencontres…Lire plus

4 Rue du Chapeau Rouge, 03210 Souvigny, France

30 juin 2020 au 26 septembre 2020

8 h 00 min au 17 h 00 min

Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi, Dimanche

Métamorphoses de l’être, de la vie, de la société, 54 artistes proposent leurs visions avec une grande liberté, tous les styles et matériaux possibles.Lire plus